Le "syndrôme du fil" : effets indésirables / Partie 1

RÉSUMÉ :
Des mouvements de torque excessifs sur des dents collées entre elles par une contention fixée intégrant un fil métallique sont observés dans un très petit pourcentage de cas. Ces cas, certes rares, sont dangereux pour la pérennité dentaire et parodontale. Il nous a semblé intéressant de les décrire précisément à la mandibule et au maxillaire pour pouvoir les identifier précocement avant que les conséquences sur le parodonte ne deviennent irréversibles. Quelle attitude adopter en cas de découverte du « syndrome du fil » et comment l’éviter ?









INTRODUCTION :
Après un traitement d’orthodontie multi-attaches, il est indispensable de coller une contention fixe pour maintenir les rotations incisives et la distance intercanines.

Cette contention peut être fabriquée avec des fils métalliques simples, torsadés, tressés, des plaquettes individuelles ou des chaînettes flexibles en
métal. Les plots de composites utilisés varient également dans leur composition, ce qui a une influence sur leur résistance à la rupture et à l’usure7.

La méthode de collage peut être directe ou indirecte2. L’objet de cet article est de décrire le déplacement des canines et/ou des incisives alors que la contention reste parfaitement collée sur toutes les dents.

Nous avons réuni et travaillé sur 60 cas provenant de notre cabinet et de celui de confrères qui nous ont confié leur documentation photographique.
Nous appellerons ce phénomène, qui peut prendre différentes formes, le « syndrome du fil ».
Il est depuis quelques années partiellement décrit dans la littérature sous le terme de « sévères complications », ou de « complications inattendues des fils de contention », mais à notre connaissance n’a jamais été expliqué ni décrit à l’arcade maxillaire.
L’identification de ce phénomène peut permettre d’éviter des complications parodontales graves qui sont parfois irréversibles. C’est pourquoi il nous a semblé essentiel de le décrire précisément pour pouvoir l’intercepter en déposant la contention. Après la description de ce syndrome, nous proposerons une conduite à tenir lors du dépistage.
Les cas étudiés ont été collés avec différentes techniques, soit de façon directe, en façonnant le fil sur les dents du patient, soit de façon indirecte avec préparation
du fil et des plots sur un moulage en plâtre ou en silicone.
Les fils sont multibrins, tressés, torsadés, ou constitués d’un simple brin lisse, et de différents diamètres.
Le syndrome du fil touche, nous le verrons, tous les types de fils, quelle que soit la méthode de collage employée.
Une étude mécanique portant sur le processus de ce phénomène est en cours et sera décrite dans une seconde partie.

OBSERVATION ET DESCRIPTION DES DIFFÉRENTS ASPECTS DU SYNDROME DU FIL :
Ce phénomène a été principalement observé sur des contentions collées en fils ronds torsadés 3 ou 6 brins. Cependant nous pouvons montrer un phénomène
très comparable sur des fils tressés ou des chaînettes à maillon plat et même sur des barres de contention de canine à canine en acier monobrin 0,032 inch.
Le pourcentage d’apparition calculé dans une étude néerlandaise sur 221 cas observés à trois et cinq ans après la dépose des bagues est de 2,7 %8. Ce pourcentage faible est néanmoins préoccupant car la plupart des patients portant ce type de contention sont hors surveillance.

Les mouvements observés n’ont rien à voir avec les malpositions d’origine. Ce ne sont pas des récidives observées avec des fils cassés ou perdus mais bien de nouvelles malpositions malgré la présence de la contention restée parfaitement collée sur chacune des dents (fig. 1).

Lire tout l’article :

PDF - 3.9 Mo
Le "syndrôme du fil" : effets indésirables / Partie 1